les quatre saisons

01 avril 2008

printemps - ciel gris avec éclaircies passagères

    le Dos

ma maitresse a mal au dos, pas étonnant : elle passe ses journées
-assise devant un ordinateur
-assise devant un piano
-assise en voiture

si elle m'observait ne fut-ce qu'une fois toutes les sept minutes, elle verrait que je passe les miennes
-allongé sur une chaufferette
-allongé sur un piano (quand il y a du soleil dessus, sinon j'évite cet engin bruyant)
-allongé devant un ordinateur (quand elle ne m'observe pas ce qui me permet de bloguer)

on ne plaisante pas avec le Dos : Il n'a AUCUN humour

Posté par manee à 18:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 mars 2008

l'Autre

L'Autre, noir comme mon ombre, mais moins rapide.
Né de mère connue et de père aperçu. Porte UNE moustache blanche au milieu des autres noires, comme une épée piquée sur la bajoue : tel mère tel fils - (sa maman, la vieille Kitty,  est l'invitée qui vient ici, chaque été,  prendre sa volée à la chasse aux musaraignes )

lautre

Posté par manee à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2008

hiver - nuit, vent modéré à fort

Il y a un volet qui bat, régulièrement - ça m'exaspère et j'ai mal à l'estomac - non, l'estomac c'est à cause de l'herbe que j'ai mastiquée cet après-midi - ma maitresse a fait ce qu'elle nomme "une bonn'bâlâde" par les chemins de terre autour du village, pendant que je prenais - enfin - le fameux bol d'air ; j'ai attrapé quelques mouches au vol, jeunettes mais déjà croquantes, et pris un excellent bain de soleil dans la terre labourée - je suis rentré en même temps qu'elle, et là j'ai été pris de quelques hauts-le-coeur , à peine colorés, quasiment invisibles sur le parquet, enfin je trouve. L'Autre a voulu m'imiter, mais a fait ce qui s'appelle un très-gros-haut-le-coeur ... passons.
Je n'avais pas encore parlé de l'Autre ?

Posté par manee à 20:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 février 2008

hiver - nuit sans étoiles, crachin

Je ne mettrai pas les pattes dehors -
Sur ce , j'ai passé une partie de l'après-midi dans la cave ; la chaufferie est à l'extrémité sud-ouest, il y fait chaud et  sec, c'est là que j'ai rêvassé, soustrait à la vue et sourd aux appels de ma maîtresse : il est hors de question que j'aille "prendre l'air" - Le jour déclinant, je me suis résolu à demander l'ouverture de la porte par quelques vocalises personnelles,  regagné ma chaufferette, et clos mes paupières - Mes propres ronflements m'ont tiré du sommeil , j'en ai déduit  que cette descente puis cette remontée m'avaient finalement épuisé - Ma maitresse n'a pas bougé beaucoup plus que moi si je me fie à sa tenue "d'intérieur", que je qualifie personnellement de négligée - Me faire prendre un "bol d'air" (c'est idiot cette expression) alors qu'elle remplit le sien de thé au lait sucré de miel, prouve une fois de plus que les deux-pattes ont des idées saugrenues y compris sur la façon de remplir les bols -

Posté par manee à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2008

hiver - ciel couvert avec pluie

Elle ne m'imagine pas une seconde ouvrant un blog -
Ni délaissant de temps en temps la chaufferette sur laquelle je passe la majeure partie du temps -
Encore moins m'exprimant

j'en suis parfaitement capable

Contrairement à l'idée préconçue des deux-pattes sur la stupidité des animaux, entre autres choses je peux écrire deux fois plus vite puisque  j'en ai quatre (pattes), de forme quasiment égale, équipées de coussinets  amortisseurs et de vingt crochets superfins pour la ponctuation - tous les chats ne sont pas aussi intelligents , loin s'en faut, et nombreux sont les illettrés c'est certain - J'ai eu le privilège de naître dans le bas d'une armoire à linge de ma maitresse, et garde en narine, de mes premiers instants de vie, l'incomparable odeur du coton et du lin blancs repassés de frais, puis la vue, jour après jour plus précise, du rebord en noyer de la dite armoire, et plus loin celle d'une bibliothèque, on ne dira jamais assez les effets de l'aménagement du cadre de vie sur l'individu - La hauteur du bâtiment me donnait le vertige ; Mère, qui nous mit au monde au nombre de quatre, disait qu' il n'y a rien de tel pour élever l'esprit qu'une bonne hauteur de plafond , rien non plus, pensais-je en mon for intérieur, pour se geler les pattes (d'où un irrépressible besoin  de chaufferette)

Posté par manee à 20:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]